L'orgue KeyB, maintenant bien connu de tous, avait été présenté initialement comme développé, fabriqué, distribué et supporté par une petite firme italienne : DLQ. Ceci jusqu'à une situation plus récente, où l'on voit une firme américaine, Diversi, annoncer la mise à son catalogue du KeyB, et communiquer largement sur le produit comme étant "son" orgue. Face aux incompréhensions suscitées par cette ambigüité, HammondandBuzz a voulu contribuer à éclaircir la situation. Quoi de plus naturel alors, que de s'adresser à Alberto Marsico, organiste italien très fin connaisseur du KeyB, pour avoir une vision éclaircie du sujet.
Questions... et réponses.


> HammondandBuzz : - Alberto, tous les organistes en France maintenant connaissent (ou pensent connaitre) le KeyB. Mais il y a désormais une confusion récente dans les esprits sur "qui fait quoi" au juste pour le destin de ce produit ; qui est DietroLeQuinte (DLQ), qui est Diversi, quels sont leurs rôles respectifs dans cette affaire, ceci au moment où on entend dire que Joey DeFrancesco rejoint l'équipe ?

> Alberto Marsico : - DLQ et Diversi sont des sociétés-sœurs, l'une opère en Europe, l'autre en Amérique, mais elles travaillent ensemble sur un projet commun. Technologie et savoir-faire sont partagés, pour viser le meilleur son possible.

> H&Buzz : - Donc devons-nous comprendre que la "sound engine" est identique dans les orgues des deux provenances ?

> Alberto : - Oui, identique. Et au même niveau de révision.

> H&Buzz : - N'y a-t-il pas néanmoins des différences entre les produits-Europe, et les produits-US ? Et pour quelle raison ?

> Alberto : - Les différences ne sont que "cosmétiques", sur quelques détails d'apparence. Diversi est orienté pour satisfaire les besoins du marché du Gospel, très important aux US. DLQ s'adresse plutôt au marché jazz et rock européen.

> H&Buzz : - Il semble qu'il y ait également une différence de prix notable, entre les produits euro et US, pourquoi ?

> Alberto : - Chacune des sociétés a sa propre approche de son marché, donc on ne peut réellement répondre à cette question. Mais si vous comparez le KeyB Solo et le DV Solo, le prix est similaire. (ndlr : également à considérer que Diversi communique le prix de vente pour l'ensemble console, c-à-d avec pédalier, stand, banc, en Europe on considère une configuration par éléments séparés).

> H&Buzz : - Et qui détient la direction des opérations, qui décide quoi ?

> Alberto : - Disons que tous les acteurs ont un pouvoir de décision sur la machine commune. Et plus spécialement maintenant que Joey Defrancesco a rejoint la famille, il a son mot à dire, et son mot compte ! Mais chaque société prend ses propres décisions sur les aspects de finition, de marketing, etc.

> H&Buzz : - On aurait pu imaginer avoir le même produit dans le monde, aussi bien en Italie qu'aux US, fabriqué de façon unique ?

> Alberto : - L'approche est que, sauf si vous êtes une grosse compagnie très bien dotée de moyens de production, ça n'a guère de sens de tout fabriquer dans un pays, puis d'exporter les produits à l'autre bout du monde. C'est du gaspillage. Même les grands fabricants automobiles ont fait le choix de produire les mêmes modèles dans plusieurs régions du globe. J'ai évoqué plus haut les différents marchés que les sociétés souhaitent traiter. Les marchés US et européen sont incontestablement différents ; l'Europe n'a pas cette impressionnante quantité de musiciens de gospel, et seulement un très petit nombre d'églises baptistes.

> H&Buzz : - Peut-être aussi est-ce en rapport avec les propriétaires de cette activité. Au fait, qui détient quoi ?

> Alberto : - Chacun est propriétaire de sa société. Elvio Previati est le détenteur de DLQ. La Diversi Organ Company est la propriété de Tom Tuson, Sonja Lynne, et désormais Joey DeFrancesco.

> H&Buzz : - Pour Diversi, déjà bien établi dans la mouvance du gospel, ce changement de gamme traduit donc un virage technologique ?

> Alberto : - Exactement. Auparavant, Diversi proposait un orgue basé sur le moteur de son Voce, tout comme Elvio avec DLQ ; d'abord DLQ, puis Diversi, ont muté vers ce nouveau système de génération de son, sur lequel ils portent toute leur confiance.

> H&Buzz : - Joey est (plus que bien) connu comme organiste. Le voilà qui brusquement apparait comme marketer et peut-être comme businessman. Quelle est sa place dans tout cela ?

> Alberto : - Très simple : Joey a été convaincu par le son de ces orgues, et il a décidé de s'y impliquer via Diversi, pas seulement en tant "qu'endorsé", mais comme actionnaire, et c'est cela qui est nouveau. Il croit tellement dans ce projet qu'il ne veut pas seulement jouer sur cet orgue, il veut détenir une part dans la société Diversi et en assumer le risque. Il aurait pu poursuivre sa carrière bien rémunérée, mais ce n'est plus le but qu'il vise. Désormais, il a la faculté de travailler sur le son qu'il veut.

> H&Buzz : - Donc, fini l'endorsement Hammond ?

> Alberto : - Oui, mais ils restent en bons termes. Nous étions ensemble au récent NAMM Show aux US en janvier, où Joey bien sûr a été rendre visite au stand Hammond, les rapports étaient excellents.

> H&Buzz : - Elvio Previati était un peu considéré en Europe comme l'homme qui faisait tout sur cet orgue : conception, mise-au-point, support, livraison... maintenant qu'une phase industrialisée démarre, quel va être son rôle ?

> Alberto : - Elvio sait bien sûr qu'il ne sera pas éternel, et surtout qu'il ne peut être partout à la fois. La prochaine version de l'instrument va lui ouvrir la possibilité de rester beaucoup plus dans son atelier, et de mieux se concentrer sur la construction et l'évolution de l'orgue. Voilà ce qu'on peut dire.

> H&Buzz : - Où seront fabriqués et assemblés ces orgues ?

> Alberto : - Les DLQ seront assemblés en Italie, les Diversi seront assemblés aux US.

> H&Buzz : - Et pour demain, quelques nouveautés ?

> Alberto : - Il y aura quelques nouveautés annoncées à la Musik Messe de Francfort, en mars, donc patience...

> H&Buzz : - Et maintenant une question pratique. Supposons que je sois possesseur d'un KeyB de provenance italienne ; et que je voyage avec sur le contient américain. Puis-je espérer du service, éventuellement une application de garantie, de la part de Diversi ?

> Alberto : - Je ne peux vous parler que de DLQ. DLQ applique le même contrat de garantie (2 ans) que toutes les autres sociétés d'instruments de musique. En cas d'avarie, vous devez l'amener ou l'expédier à l'atelier de maintenance le plus proche. C'est identique à toute autre marque d'instrument.

> H&Buzz : - Il semblerait que Diversi s'intéresse également au fabricant d'équipement audio Motion Sound. Qu'en est-il, ont-ils l'intention de mettre quelques produits Motion Sound à leur catalogue, par exemple pour offrir une configuration d'instrument complète ? Des liens plus profonds, comme une prise de participation ?

> Alberto : - Au NAMM Show aux US en janvier, Diversi et Motion Sound partageaient un même stand. Et Motion Sound a conçu un système d'amplification omni-directionnel, et sans pièces en mouvement pour fonctionner avec la simulation de Leslie de l'orgue Diversi (et le DLQ aussi, bien sûr). Le rendu sonore est stupéfiant. C'est tout ce que je sais.

> H&Buzz : - Et toi, Alberto, quel est ton rôle, dans tout ça ?

> Alberto : - Je collabore... En aidant, avec mes oreilles et mes doigts. Appelons cela une sorte d'aide artistique...